A quel moment la calcification est-elle grave ?

Calcification est-ce grave : que faut-il faire ?

La calcification est une anomalie qui attaque certaines parties importantes du corps humain et qui doit ses origines à diverses sources. Elle peut, dans certains cas, être bénigne et dans d’autres, maligne. Aussi, de nombreuses personnes s’interrogent sur les modalités de gravité de cette maladie. Qu’est-ce que la calcification ? Quelles sont les parties du corps qui peuvent en être touchées ? Quelles sont les causes possibles de cette anomalie ? Découvrez ici tout ce qu’il faut savoir sur la calcification.

Qu’appelle-t-on la calcification ?

La calcification est un processus normal et physiologique qui se traduit par le dépôt anormal de minuscules cristaux de sels de calcium dans les tissus corporels. En effet, étant un composant majeur des os ainsi que des dents et un élément mineur du liquide extracellulaire, le calcium favorise la calcification osseuse durant la croissance. Cependant, quand elle se développe au sein d’autres tissus, celle-ci devient anormale.

Cette anomalie est uniquement visible lors d’une radiographie. Il est important de souligner que les tissus affectés par la calcination durcissent inévitablement, quelle que soit la partie affectée. De plus, la calcification est considérée comme un facteur normal du vieillissement, car elle peut être inoffensive dans certaines circonstances. Elle ne témoigne pas nécessairement d’une maladie.

Quels sont les endroits du corps touchés par la calcification ?

La calcification peut être observée au niveau de plusieurs endroits du corps. Il peut s’agir :

  • des articulations ;
  • des muscules ;
  • des tendons ;
  • la prostate ;
  • les artères ;
  • la poitrine (principalement au niveau des seins), etc.

Comme mentionné plus haut, les parties touchées durcissent lorsque la calcification survient, et l’atteinte de certaines parties par le mal a un nom.

La tendinopathie calcifiante

Il s’agit d’une inflammation qui affecte principalement les tendons. Les calcifications tendineuses se produisent habituellement dans la coiffe des rotateurs de l’épaule, une association de quatre tendons qui s’attachent et recouvrent la tête de l’humérus. La calcification survient au niveau de l’épaisseur du tendon, la plupart du temps (90 % de cas) dans les muscles supra-épineux.

L’épaule est la partie du corps la plus privilégiée de ces calcifications tendineuses. Toutefois, elles peuvent se développer au niveau de la hanche et des genoux. Il convient de noter que la tendinopathie calcifiante est distincte de la tendinopathie associée à la dégénérescence tendineuse. Ce type calcination peut être causé par le rhumatisme à hydroxyapatite, par l’hypophosphate ou encore par des microtraumatismes répétés. 

La calcification artérielle

Le développement d’une calcification dans les artères fait partie du tableau le plus courant de la maladie artérielle périphérique. Autrement dit, il y a présence d’athérosclérose. L’athérosclérose est en effet une maladie qui affecte les artères en entrainant un rétrécissement par des dépôts d’athérome (plaques principalement constituées de lipides).

Elle est essentiellement provoquée par l’obésité, le tabagisme, l’âge, le diabète et l’hypertension. Ces plaques d’athérosclérose sont liées par la calcification et des dépôts de calcium peuvent se produire avec elles. Dans ce cas, les implications cliniques sont importantes.

La calcification au niveau des seins

Les calcifications qui se forment dans les tissus du sein (calcification mammaire) sont assez fréquentes, indétectables à la palpation et ne présentent aucun symptôme spécifique sur la santé. Ils sont uniquement visibles à la mammographie et généralement durant les tests de dépistage. Ils sont répartis en deux catégories : les macrocalcifications et les microcalcifications.

Les macrocalcifications vont au-delà de 0,5 mm et ont la possibilité d’atteindre quelques centimètres. Elles sont habituellement bénignes et peuvent signaler la présence d’un kyste, d’un adénofibrome. Elles peuvent également survenir après une inflammation des seins (mastite). Les microcalcifications par contre, selon leur forme, leur distribution et leur nombre, peuvent être associées à un risque de cancer dans certains cas. Elle impose donc bien plus de prudence.

Les autres formes de calcifications

En dehors de la calcification tendinite, artérielle et mammaire, on en retrouve aussi d’autres formes : la calcification de la prostate et la calcinose cutanée. Dans le cas de la calcification de la prostate, l’anomalie peut être associée à un trouble prostatique antérieur ou encore à une infection.

La calcinose cutanée en revanche se distingue par un dépôt de calcium dans les tissus sous-cutanés et au niveau de la peau. La dermatomyosite, une maladie auto-immune rare, peut en être à l’origine.

En somme, il faut retenir que la calcination se caractérise par la formation de plaque de calcium dans les muscles, les tendons, les seins, etc. En d’autres termes, des parties du corps autres que les os et les dents. Elles peuvent être bénignes comme malignes, et les traitements proposés dépendront du type de calcification. Pour s’en assurer, il est indispensable de consulter un spécialiste de la santé afin d’avoir une idée des précautions et traitements nécessaires. 

Articles similaires

4/5 - (1 vote)