Un « appartement –passerelle » pour les sortants de détention

La Fondation de France soutient ce projet depuis 1 an, l’occasion de faire un bilan et de découvrir les parcours de personnes qui ont pu en bénéficier.

L’Etape Insertion expérimente une solution d’hébergement intermédiaire pour des personnes ayant exécuté une longue peine. L’appartement-passerelle accueille des sortants de détention suivis par le réseau FAMAC (réseau d’Accueil en Familles de L’Etape Insertion) et qui sont attente d’une réponse du SIAO (le « 115 ») pour une solution d’hébergement durable et accompagnée.

1 an après, le bilan intermédiaire

Depuis le début de l’expérience, nous avons accueilli 4 détenus dans l’appartement dédié. Chaque situation est très spécifique, à l’image des personnes, de leur projet et du contexte dans lequel elles arrivent :

  • 2 personnes en fin de peine « classique »
  • 1 personne en aménagement de peine avec bracelet électronique
  • 1 personne sous-main de justice (suivi socio-judiciaire) qui sortait d’une post-cure alcool.

Situation d’une personne sortie en aménagement de peine avec bracelet :
La personne a bénéficié auparavant d’un suivi FAMAC (réseau d’Accueil en Familles de L’Etape Insertion) et expérimenté plusieurs séjours en familles durant ses permissions.

Le projet d’entrée sur l’appartement -passerelle a permis le démarrage du projet de sortie avec à la clef, l’accès possible à une formation qualifiante et une place en CHRS « diffus ».

Ce premier accompagnent a permis à cette personne de se recentrer, de retrouver de l’estime d’elle-même, assez pour se motiver et se projeter dans un avenir où elle aurait sa place.

Notre action a consisté à la soutenir dans la réalité des contraintes liées au bracelet : pression de la formation, respect des heures, aménagements d’horaires régulier, gestion du stress, gestion du quotidien avec les transports en commun aux trajets compliqués, peur que les autres stagiaires de la formation découvrent sa condition de détenu.

Actions mises en place dans l’appartement-passerelle : Soutien, Accompagnement physique dans les démarches, conditionnées par les contraintes liées au bracelet, Repas partagés avec les travailleurs sociaux, Présence hebdomadaire, Lien conservé avec la famille d’accueil, Rencontres tripartites avec les futurs référents sociaux.

Ce qu’a permis l’appartement-passerelle dans cette situation :

  • Eviter le refus « éventuel » d’un aménagement de peine
  • Retour à l’emploi de la personne qui vit aujourd’hui dans son propre logement
  • Faire la « jointure » entre le temps judiciaire et le temps d’accueil en structure
  • La co-écriture du règlement de fonctionnement de l’appartement.