Faut-il recourir à la marche à pied lorsqu’on souffre d’arthrose de la hanche ?

Arthrose de la hanche et marche à pied : est-ce conseillé ?

Dans la quête de la vérité absolue, la case critique est une étape obligatoire. Ceci dit, tout le monde ne peut avoir le même avis sur un sujet donné. Seul l’argumentation situe la vérité et met fin aux polémiques. De tous les débats récurrents dans la communauté scientifique, nous nous concentrerons exclusivement sur la question du rapport étroit entre l’arthrose de la hanche et la marche à pied. Quelle audience détient la vérité absolue ? Les fanatiques ou les pourfendeurs de ce concept ? Découvrez dans cet article, l’avis d’experts en la matière.

Arthrose de la hanche : débriefing

L’arthrose de la hanche est un motif de consultation fréquent en rhumatologie. De son autre nom coxarthrose, l’arthrose de la hanche n’est ni plus ni moins qu’une dégénérescence du cartilage articulaire de l’articulation coxo-fémorale (articulation de la hanche). On y associe généralement une douleur discrète et constante exacerbée par la mobilisation, les manœuvres brusques ou les traumatismes du bassin ou de la tête fémorale.

L’arthrose de la hanche est reconnue comme une maladie chronique embarrassante et très éprouvante pour les patients. C’est une affection médico-chirurgicale pouvant réduire le périmètre de marche et créer au fil du temps une impotence fonctionnelle relative ou absolue suivie d’ankylose. Parfois, des complications telles que la thrombose veineuse profonde et l’usure définitive des cartilages hyalins sont à craindre. Pire encore, le risque d’amputation existe et est non négligeable dans ce tableau clinique fort inquiétant.

Arthrose de la hanche : Signes indicateurs et prophylaxie

Signes orientant vers une arthrose de la hanche

Ils sont multiples. Mais, les plus courants sont de loin :

  • le mal de dos ;
  • l’hyperalgie de la hanche consécutive à l’ingestion de viande rouge ;
  • la diminution du périmètre de marche ;
  • les raideurs articulaires ;
  • l’ankylose articulaire ;
  • l’hypersensibilité à la palpation douce atraumatique et unidigitale de la projection cutanée de l’os coxal homolatéral, de la tête fémorale ou du pli de l’aine ;
  • la douleur à la mobilisation ;
  • la douleur exacerbée par la position à genou ;
  • la peur bleue des escaliers liés à la douleur qu’ils suscitent ;
  • la chaleur et/ou rougeur d’une hanche ; 
  • et les douleurs insupportables au réveil. 

Arthrose de la hanche et marche à pied

Prophylaxie

Pour éviter l’arthrose de la hanche, des précautions sont à prendre pour votre bien-être. Au nombre de ces dernières, on peut citer :

  • la lutte contre le surpoids et l’obésité ;
  • se préserver de tout traumatisme du bassin ou du fémur ;
  • faire régulièrement du sport modéré pour dégourdir les articulations des hanches et conférer plus de résistances aux muscles péri-articulaires ;
  • se munir de glaçons pour réchauffer l’articulation au besoin ; et
  • adopter le port régulier de chaussures de sport à amortisseurs.

Marche et aggravation d’arthrose de la hanche : l’avis des experts

De sources expertes, il a été clarifié que la marche à pied favorise bel et bien la régression de l’arthrose de la hanche. Pour se justifier, les experts affirment que la mobilisation de la hanche met en jeu un lubrifiant spécial intrinsèque aux hanches. Elle s’appelle la synovie, une substance à double action. La synovie empêche, d’une part, l’usure de vos cartilages articulaires par frottements violents les uns sur les autres. Elle permet de se mouvoir librement sans craindre une arthrose de la hanche. D’autre part, la synovie contribue à réduire la raideur articulaire chez les personnes sujettes à l’arthrose de la hanche. Une marche régulière et modérée suffit largement pour produire naturellement de la synovie et bénéficier de ses effets indispensables pour la préservation de la santé. Il est très bon pour votre bonne santé de marcher, vous n’en tirez que de plus grands avantages. Puisque la marche renforce vos muscles pelviens et régresse considérablement le risque de survenue de certaines tares telles que l’obésité, la thrombose veineuse profonde, et la sédentarité.

En conclusion, la polémique existant sur la corrélation étroite entre marche à pied et arthrose de la hanche ne devrait point voir le jour. Vu que la marche s’avère être le facteur crucial, maintenant les cartilages hyalins articulaires à l’abri de toute tentative de dégénérescence et permettant d’alléger la tâche aux arthrosiques. D’où l’intérêt d’avoir lu cet article. 

Articles similaires

5/5 - (1 vote)